Spiritualité

Les dérangeants Bujangga Wesnawe : Ceux qui suivent Vishnou

 

Les Bujangga Wesnawe constituent un courant vishnouite de l’hindouisme. Contrairement à la grande majorité des hindouistes balinais qui sont shivaïtes, c’est-à-dire qui vénèrent le dieu Shiva, les Bujangga Wesnawe considèrent Vishnou comme étant le dieu suprême.

La prédominance du shivaïsme à Bali vient du fait que l’hindouisme balinais a été influencé par un courant venu du sud de l’Inde, région traditionnellement shivaïte. Quant au vishnouisme il prend sa source dans le nord de l’Inde dont les habitants ont influencé Java et plus tard Bali mais de moindre façon.

Le vishnouisme (ou wesnawism) est né en Inde vers le 11ème siècle d’une réaction contre le système de castes et particulièrement contre les abus de pouvoir des hautes castes hindouistes. A cette époque, certains philosophes réformeurs hindouistes, de leurs études des Vedas (les Ecritures sacrées de l’hindouisme, la « connaissance »), trouvaient que les pratiques religieuses en ce temps violaient les enseignements. Ils pensaient que le sexe et la caste n’étaient pas une barrière à la communion avec le divin. L’un de ces philosophes, Ramanuja, dont la principale thèse défendait l’égalité entre les hommes, attira par sa philosophie et son enseignement un grand nombre d’hindouistes. Sous ses conseils ils formèrent un groupe appelé Wesnawe (ou Waisnawa), maintenu en dehors de tout système de castes.

Au temps où l’hindouisme est apparu en Indonésie, vers le 4ème siècle, l’hindouisme, le vishnouisme et le bouddhisme étaient séparés en Inde formant des religions distinctes. Mais en Indonésie s’opéra une fusion de ces religions dont la base est similaire. L’hindouisme et le bouddhisme s’unifièrent à Java centre vers le 9ème siècle. Le shivaïsme venu du sud de l’Inde et cet hindou-bouddhisme fusionnèrent pour devenir la religion des Majapahit à Java est.

Au 11ème siècle, neuf sectes coexistaient à Bali, vivant séparées les unes des autres et ayant chacune leur propre identité. Les leaders de ces sectes se réunirent et créèrent trois groupes en lieu et place des neuf existants : bouddhisme, shivaïsme et vishnouisme. Ces trois courants religieux formaient le Trisadhaka. Toutes les cérémonies importantes étaient présidées par trois prêtres, un de chaque courant. Mais l’année 1550 vit l’apparition des castes à Bali avec l’arrivée du grand prêtre Danghyang Nirartha. Les descendants de ce dernier consolidèrent leur pouvoir et entreprirent des actions contre les Wesnawe en raison de leur position anti-caste. Le groupe continua cependant à prôner l’égalité entre les hommes. Ils tentèrent de simplifier le système complexe des rituels suivis par les autres groupes. Ils faisaient des offrandes mais beaucoup moins nombreuses, leurs crémations étaient brèves et simples. Ces divergences ne plurent pas aux prêtres hindouistes traditionnels qui voyaient en elles une menace contre leur autorité. Les Wesnawe se retrouvèrent donc non seulement en dehors de toute caste mais également exclu du pouvoir et de la hiérarchie hindouiste. Telle est leur situation encore aujourd’hui.

Les importantes cérémonies recquièrent encore de nos jours les compétences d’un prêtre Bujangga Wesnawe, appelé Ida Bujangga Rsi, mais celui-ci est toujours placé en position inférieure par rapport aux prêtres bouddhiste et shivaïte, le pedanda Siwa et le pedanda Buddha. Même si un Ida Bujangga Rsi est capable de célébrer n’importe quelle cérémonie de l’hindouisme balinais, on fait en général appel à ses services pour les cérémonies de sacrifices, les caru. En effet, les Bujangga Wesnawe étant affiliés à Vishnou, connu pour être le protecteur du monde capable de purifier les créatures qui y vivent, il y a donc un lien étroit entre eux et les sacrifices qui sont des rites de purification.

En dehors des différences de pensées, de pratiques religieuses et du rejet du système des castes, les Bujangga Wesnawe remettent en cause la légende de Mayadenawa. Pour la majorité des hindouistes balinais, Mayadenawa était un roi démoniaque qui interdit à Bali toutes manifestations religieuses, offrandes aux dieux et détruisit tous les temples. Le jour de sa défaite contre Indra et ses hommes est appelé Galungan et marque la victoire de la religion sur l’athéisme, le triomphe du bien sur le mal. Mais pour certaines personnes de la communauté Bujangga Wesnawe, Mayadenawa était un membre de leur courant, ou au moins a-t-il été utilisé pour les symboliser. Pour eux, Mayadenawa était peut-être tout simplement un prêtre Bujangga Wesnawe qualifié d’« athée » à cause de ses pratiques différentes de celles des autres prêtres shivaïtes. Peut-être, disent-ils, est-ce un prêtre shivaïte qui a lancé la rumeur que Mayadenawa, en réalité un Bujangga Wesnawe, était un démon anti-dieu. Ceux qui adhèrent à cette théorie citent comme évidence le nom Mayadenawa lui-même. Maya signifie « illusion », quelquechose qui est perdu et qui ne peut être vu. Danawa (de danu, « eau » en balinais) signifie ceux qui suivent l’eau. Vishnou étant le dieu associé à l’eau, Mayadanawa désigne ceux qui suivent Vishnou. La légende de Mayadenawa raconterait donc que ceux qui suivent Vishnou, les Bujangga Wesnawe, ont diparu, faisant ainsi référence à la perte de prestige et d’influence des Bujangga Wesnawe.