Spiritualité

La légende de Pulaki

L’est de Bali, occupé dans une large proportion par le Gunung Agung, reste inhabité et sauvage. On peut encore y observer des tigres, des cerfs, des lézards géants et des crocodiles. Les pluies étant retenues par les montagnes, le sol y est aride, et rend difficile toute forme d’exploitation de la terre.

Cette partie de l’île se nomme Pulaki dans l’imaginaire balinais. Et c’est là, curieusement, qu’ils y placent leur origine. Une ancienne légende nous apprend qu’une vaste citée, qui a perdurée jusqu’à aujourd’hui, étale ses richesses entre l’Agung et la plaine côtière. Elle est en revanche invisible aux yeux des humains.

Telle fut la volonté de Wahu Rahu, le plus grand des Brahmane de Java, forcé de quitter sa capitale, Gelgel, pour protéger sa splendide fille des convoitises du roi (de caste inférieure), et qui trouva refuge à Pulaki, en y fondant une citée invisible pour le roi et ses armées.