• Gili Air couché de soleil Bali plage paradisiaque iles Gili Indonésie Lombok
  • iles Gili vue du ciel Trawangan Meno Air
  • gili air panorama

Gili Air

Gili Air

Des trois petites îles qui constituent les îles Gili au Nord-Ouest de Lombok, Gili Air est la plus proche des côtes. Un kilomètre tout au plus, sépare celle-ci du rivage de Lombok. Gili Air, qui signifie l’île de l’eau,doit son nom à la présence d’eau douce dans son sous-sol. Elle offre un bon compromis entre la très festive Gili Trawangan et la plus tranquille Gili Meno.  Comme chez ses deux sœurs voisines, de longues plages de sable blanc bordées de cocotiers s’offrent à nos yeux ravis. C’est l’endroit parfait pour poser ses valises quelques jours ou pour prolonger un séjour à Bali. L’idée d’aller nager dans ces eaux turquoise et de prendre un bain de soleil dans ce cadre idyllique fait oublier l’espace d’un instant la beauté de la nature balinaise et le son du gamelan.

Gili Air peinture

Quand partir ?

La vue sur le mont Rinjani à l’est et sur le mont Agung à l’Ouest assurent quotidiennement un merveilleux spectacle sur Gili Air, au lever et coucher du soleil. Ces deux volcans semblent abriter et protéger les îles Gili pendant la saison des pluies, caractéristique de cette zone tropicale, de Novembre à Mars. Elles jouissent ainsi d’un microclimat plutôt sec, comparativement au reste de l’archipel Indonésien.

 

Gili Air volcan Rinjani
Levé de soleil sur le Mont Rinjani depuis Gili Air

 

Comment s’y rendre ?

Depuis une dizaine d’années, de nombreuses compagnies de fastboat qui relient Bali aux îles Gili en à peine deux heures, ont vu le jour. Ces bateaux au départ de Serangan près de Sanur ou de Padangbai, effectuent le trajet quotidiennement pour un peu moins d’un million de roupies aller-retour. On pourra aussi prendre le ferry, et accéder aux îles Gili en deux temps… moins cher mais plus long !

Sur Gili Air, comme sur Gili Trawangan et Gili Meno, aucune location de scooter ni de voitures, et pour cause, la marche à pied – jalan kaki comme disent les indonésiens – et la bicyclette restent les seuls moyens de locomotion pour se déplacer sur l’île. On pourra quand-même se laisser tenter par une petite balade romantique en cidomo, pour son caractère folklorique et le dépaysement un peu anachronique qu’il procure !

Que faire, que voir ?

On quitte donc momentanément l’hindouisme, ses offrandes et son sable noir, pour le son des cidomo petites calèches ou carrioles tirées par un cheval et pouvant transporter une ou deux personnes – et l’odeur du poisson grillé. La vie sur l’île, malgré sa forte fréquentation touristique, y est paisible et calme, comme un peu hors du temps. Certains parmi les plus courageux, après quelques jours passés sur l’île, et peut-être las de cette douceur !, pourront pousser plus à l’est à Lombok, et tenter de s’attaquer à l’ascension du mont Rinjani. A noter aussi la possibilité d’embarquer depuis les îles Gili pour une croisière à Komodo, et s’aventurer ainsi encore un peu plus dans l’Indonésie orientale !

Gili Air snorkeling

Les différents hôtels et guestouhouses qui logent les touristes organisent parfois des excursions en bateau pour une session de snorkeling – plongée avec palmes, masque et tuba – . Pour quelques dizaines de milliers de roupies, soit quelques euros, on embarque quelques heures avec un pêcheur local qui vous emmène sur les plus beaux sites de plongée snorkeling autour de l’île. Il n’y a plus qu’à se laisser guider et se jeter à l’eau ! La mer cristalline et turquoise offrant une visibilité parfaite, le spectacle est magique : coraux multicolores, étoiles de mer, poissons perroquets, anémones, seiches…liste non exhaustive ! Un régal pour les yeux, tant la diversité de la faune et de la flore marine dans cette région d’Asie Sud-Est est immense.

Gili Air véloPour les plus curieux et les plus passionnés, il est possible d’effectuer un baptême de plongée avec bouteille ou même de passer son diplôme Open Water, auprès d’un des nombreux clubs et centres de plongée qui officient sur Gili Air. La plongée en bouteille permet d’explorer les fonds marins et le récif corallien plus en profondeur, et réserve parfois des surprises grandioses, comme la vue d’une tortue de mer, ou la rencontre inattendue avec un requin – inoffensif précisons-le ! – ou une raie Manta…Pouvoir observer toute cette faune aquatique évoluer dans son milieu naturel a quelque chose de magique qu’il serait bien dommage de manquer si l’on passe sur les îles Gili.

La vie nocturne quant à elle, est plutôt tranquille et décontractée. La musique y est moins présente et moins forte que sur Gili Trawangan, même si on pourra entendre çà et là quelques groupes de musique live dans des bars, ou quelques standards de rock et de reggae, mais jamais jusque tard dans la nuit. Gili Air le soir, c’est aussi l’occasion de goûter à la pêche du jour un cocktail à la main, dans l’un des nombreux restaurants de l’île, les pieds parfois littéralement dans le sable, et les vagues à portée d’oreille…

Où dormir ?

Gili Air offre une large gamme d’hébergements, pour tous les budgets. Les routards y trouveront leur bonheur en louant un bungalow dans une des nombreuses guesthouses ou homestay de l’île pour quelques centaines de milliers de roupies la nuit. Pour les bourses plus importantes, et les lunes de miel par exemple, l’offre de villas privatives avec piscine ou de chambres de haut standing ne cesse de croître.

Gili Air bungalows

En conclusion

Ile paradisiaque dont on comprend qu’elle séduit de plus en plus de touristes, Gili Air est devenue très prisée et fréquentée au fil des ans. Elle attire aussi bien les couples, baroudeurs ou en voyage de noce, que les familles et les bandes d’amis qui souhaiteraient couper un peu avec les rizières balinaises et l’agitation d’Ubud et Kuta. Moins fêtarde que Gili Trawangan mais plus vivante que Gili Meno, en bref, calme, mais pas trop… !

Menu Gili

Découvrez-en plus sur Gili grâce à ce menu.